PATRICK RIMOND

Photographie

Patrick Rimond est un observateur. Il se laisse inspirer par des motifs insoupçonnés et les soumet à des expérimentations plastiques. Sa fascination pour les rythmes et les formes pures l’amènent à la lisière de l’abstraction. Ses paysages urbains, tirés en grand format dans des tonalités électriques, subliment la dynamique de la ville et nous plongent dans ses entrailles.

Cliquez sur les images pour accéder aux pages des œuvres

Né en 1968 à Valenciennes, Patrick Rimond mène des études d’ingénieur avant de devenir l’assistant d’un photographe puis de réaliser des reportages à son propre compte.

Le Japon, où il s’installe pendant 9 ans, s’avère être un lieu clé de l’approfondissement de sa pratique artistique. Isolé par la barrière de la langue pendant les premiers mois de son séjour, il arpente les rues d’Osaka et commence déjà à structurer son travail autour de deux discipline : le paysage urbain et le portrait.

Ses réalisations au Japon sont remarquées par des publications prestigieuses, telles que Le Monde ou l’agence Vu, qui lui commandent des reportages et lui permettent de diffuser ses photographies. Fort de son succès, il expose à Osaka au Flanders Center Photographic Gallery, une importante galerie dont il assurera la direction artistique pendant deux ans.

Les voyages sont au centre du travail de Patrick Rimond. De Dubaï à Chicago en passant par Cracovie, il photographie l’architecture qui rythme les grands espaces urbains. De retour à Paris, il poursuit et approfondit ses recherches plastiques sur l’architecture.

Hypnagogies 11, 2007
Tirage C-print, 70 x 50 cm ou 125 x 95 cm
À partir de
700 €

Sa participation à plusieurs collectifs (La Générale en manufacture, Plateforme/L’Entreprise) lui offre l’occasion de collaborer avec des artistes de divers horizons, avec lesquels il organise des expositions atypiques et des échanges internationaux.

Patrick Rimond qualifie son travail d’intuitif et de contemplatif. Inspirées par les philosophies orientales, ses pratiques parallèles du portrait et du paysage nous apprennent à poser un regard sans a priori sur le monde. Ainsi, pour représenter le plus fidèlement possible un visage, il invite ses modèles à se mettre torse nu et à fixer l’objectif sans posture ni expression. Un protocole qui permet au spectateur de découvrir la personnalité du sujet à travers son seul regard. Cette démarche de dépouillement est également à l’œuvre dans ses paysages urbains : le photographe nous permet de redécouvrir des motifs familiers, tellement habituels ou anodins qu’on ne les remarque plus.

Hypnagogies 9, 2007
Tirage C-print, 70 x 50 cm ou 125 x 95 cm (sur l’illustration)
À partir de 700 €

Travaillant à l’argentique sur certaines séries ou au numérique sur d’autres, Patrick Rimond adapte les possibilités du médium photographique à ses recherches formelles. Il souhaite partager sa perception première de l’objet et c’est la raison pour laquelle il photographie à l’instinct. Il s’attarde sur des détails : des masses ou des formes qu’il isole dans des compositions dynamiques, à la limite de l’abstraction.

Pour Hypnagogies, série réalisée en diapositives en 2007, Patrick Rimond nous entraîne dans les entrailles de la ville. Au fond d’une profonde tranchée ferroviaire, il prélève des images brutes, organiques, qui composent une sorte de radiographie des réseaux urbains.

Tirages C-print, 70 x 50 cm ou 125 x 95 cm
À partir de 700 €

Ces rails de la Gare de l’Est, devant lesquels il passe quotidiennement, le fascinent et l’inspirent. Commençant par des prises de vues nettes, il décide rapidement de travailler la matière et d’utiliser une pellicule périmée pour expérimenter des couleurs froides. Sans point de fuite, dans le flou, les lignes vont se mélanger, s’entrecroiser. La focalisation isole, nous plonge dans le motif, nous absorbe dans sa composition. Tirés en grand format, ces chemins de fer gagnent une majesté rare.

Patrick Rimond décide alors de les baptiser Hypnagogies, en référence à l’état de conscience intermédiaire qui précède l’endormissement et qui donne parfois lieu à des visions : « un sentiment de réalité qui surpasse celui de la perception. »

Hypnagogies 1, 2007
Tirage C-print, 70 x 50 cm (sur l’illustration) ou 125 x 95 cm
À partir de 700 €

En 2011, il réalise un ensemble de 10 photographies, Désordres, qui développe le rythme de la ville dans une séquence aux accents musicaux. Partant d’une prise de vue constante, en plongée sur l’asphalte, Patrick Rimond recompose le flux urbain, ses voitures et ses passants. Une mélodie du passage piéton qui évoque un clavier de piano.

Désordres, 2011
Installation de 10 photographies / tirage C-print sur papier baryté
50 x 40 cm (largeur totale de l’installation : 300 cm env.)
2900 €

C’est une rare incursion de la figure humaine dans son œuvre. Elle est présente mais anonyme, filant de dos ou cachée sous un parapluie, insufflant une cadence au désordre. Il en résulte un ensemble savamment reconstitué, dont la forme évoque elle-même un passage clouté.

Patrick Rimond utilise également les outils numériques pour re-sculpter ses images. Constellation est une œuvre isolée, le fruit d’une anamorphose. Par un système de renversement du motif, un double effet de miroir, cette photographie nous entraîne dans un univers parallèle.

Au premier abord, la composition fait ressortir l’ordre et la linéarité architecturale, mais elle trouble ensuite le regard du spectateur par un effet de distorsion. Ces bâtiments, a priori gris et insipide, forment ensemble un kaléidoscope urbain qui ouvre le champ de l’imagination.

Chacune de ces œuvres accorde une place majeure à l’attention du spectateur. Patrick Rimond fait disparaître toute narration, toute référence culturelle pour ne garder que le principal : la quintessence des motifs.

Constellation, 2011
Tirage C-print contrecollé sur dibond, 83 x 83 cm
À partir de 900 €

Hypnagogies : tirage en 8 exemplaires + 2 épreuves d’artiste
Désordres et Constellation : 5 exemplaires + 2 épreuves d’artiste

Nous contacter par email pour tout renseignement

BIOGRAPHIE

Afficher les expositions, publications, résidences...

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2010 : KH15 Gallery , Berlin.
2009 : Plaza Gallery, Tokyo Art Museum., Tokyo. *
2008 : Galeria O.N., Curator Sabina Czajkowska, Poznan. *
Hospice d’Havré, Tourcoing, France.
2006 : La Générale,Paris.
KH15 Gallery, Berlin.
2005 : Festival Transphotographiques. Espace Pier Paolo Pasolini, Valenciennes, France.
2003 : Hitomi Bushi D’eau Gallery, Paris.
2002 : Graf museumgallery,Osaka.
1999 : ISSISS Gallery, Kyoto.
1998 : Belgium Flanders Museum Gallery, Osaka . *

EXPOSITIONS DE GROUPE

2015 : La(b) Galerie Artyfact, Paris. *
2014 : La(b) Galerie Artyfact, Paris. *
2012 : DufayBonnet Gallery, Paris. *
La Corderie, Marcq en Baroeul.
2010 : Plateforme, Paris. *
Prospekto Gallery, Photosophy, In Focus, Vilnius, Lithuania. *
2009 : Central Slovakian Gallery, Banská Bystrica, Slovakia. *
2008 : Fnagp, Maison d’art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne, France. *
La Générale en Manufacture, Parcours West II, Sèvres, France. *
2004 : Gallery Nikki Diana Marquardt, Paris.
Maison de la photographie Nord Pas de Calais, Lille.*
2002 : Museum of History of Photography, Krakow, Poland. *

BIBLIOGRAPHIE

2015 : Arles Perspectives, monographie, iKi éditions, Collection Le Pont Rouge, France.*
2011 : 二十一世紀の浪人, Ronin du 21ème siècle, monographie, 6 héliogravures, Malaxe Editions, France.*
2010 : Photosophy, collectif, Druka éditions, Lithuania.
2009 : PORTRAITS, monographie, Presses de L’ENSTA éditions, 64 pages, France.

PERFORMANCE

2014 : Avant de partir, performance, en appartement, Aubervilliers, France.
2013 : La caravane à plumes « Deuxième constellation », Pannonica, Nantes, France.
2012 : Le Kaléidoscope « Les Éparges », Festival Densités, Fresnes en Woëvre, France.
2011 : Le Kaléidoscope « La Ciotat », Lucernaire, Paris, France.
2008 : Projection, Atelier de Visu, Marseille, France.
2006 : Vidéo « SELF Form » National Center for Contemporary arts, Moscow, Russian Federation.
2004 : Performance photo+music with sound artist mamoru graf museum gallery, Osaka.
2000 : Projection, Voies Off, Arles, France.*

PUBLICATION & CATALOGUE

Bruit Brut 04
Online magazine, Suspension, 3 pages | France 2014. *
FOTO #6
Magazine, series Désordres, 4 pages, Pologne, 2012.
Revue CequiSecret #2
Portraits, 2012. *
Images Magazine#49
Publication of Denis Darzacq’s portrait, 2011.
Espace Aliés Guinard
Catalogue, 12 pages, Paris 2011.
Galeria O.N.
Catalogue with text critic by S. Czajkowska, 28 pages, Poland 2008.
Maison B.Anthonioz
Catalogue of « Insomnies », fnagp, France 2008.
ARTEon
Coverpage, Contempory art magazine, Poland August 2007. *
Aman Iman #1
Concept magazine, « photo(graphic) » research, 7 pages, France 2004. *
Nowa Fabryka II
Catalogue of exhibition « Temps des Energies », Polish Season in France, 2004.
Kyoto Journal
« Perspective on Asia », STREET issue, Japan/USA 2003.
gm News Letter #4
Graf museum newsletter, 6 pages, Japan 2002.
Water Planet #1/3
International Art Book, Japan 2001/2002.
ArTV
Artist’s video portrait (5’45 »), Palmares TV program, broadcast all over Canada 2002.
Kansai Time Out
Cover page, Japan 1998.

RESIDENCE ET AUTRES

2012 : Nomad residency, La Caravane à Plumes, Pyrénées, France. *
2010 : Art residency, Cequisecret, Nantes, France. *
2010 : Creative residency for the piece Le Kaléidoscope with CHOREOS, contemporary dance company and musician Olivier Bartissol, La Ciotat, France.
2010 : Co-founder of Plateforme, artist run gallery, Paris, France.*
2007/11 : Member of La Générale en Manufacture, Artist residence, Sèvres, France.
2004/05 : Curator for the Flanders Center Photographic Gallery, Osaka, Japan.
2001/05 : Assignments for Agence VU, France.
2000 : 1 year artist visa, Japan.


ILS NOUS EN PARLENT

Emmanuelle et Olivier, 49 et 55 ans

« Ses photos sont une ligne de fuite, une ouverture vers un monde et paradoxalement très humaines. Une maîtrise de la lumière qui lui est propre: une lumière de vérité, froide et douce, un équilibre rare. »

Franck, 42 ans

« J’aime le coté révélateur de Patrick. Les portraits énoncent une vérité nue, brute et touchante. Les paysages urbains, mes préférés, me touchent par leur poésie. Ce sont des pistes pour la compréhension du monde. »

Sophie, 47 ans

« Les photographies de Patrick apportent certitude et paix intérieure. Leur cadrage est évident et pourtant flottant, la lumière est clinique et pourtant poétique. L’émotion que j’éprouve vient du fond des tripes. »