Nos artistes

Retrouvez la présentation vidéo de chaque artiste et l’ensemble de son catalogue en cliquant sur l’image ou sur son nom

Pour une visite optimale, découvrez nos sélections thématiques en visitant nos pages d’expositions :

LA VILLE HORS CHAMP

MÉMOIRES VISUELLES

LEÓN GARREAUD DE MAINVILLIERS

,

Les gravures de León Garreaud de Mainvilliers évoquent la mémoire de la vallée du Río Tinto en Andalousie. L’artiste entreprend un dialogue entre le minerai – qui est à l’origine de la gloire et du déclin de ce bassin minier – et son travail de gravure sur cuivre

MICHEL KIRCH

,

Les compositions photographiques de Michel Kirch sont des mises en scène métaphoriques sur la mémoire des origines et l’inconscient collectif. Il glane à travers le monde des éléments visuels et les assemble numériquement pour élaborer ses poèmes visuels

CLAUDIA VIALARET

,

Les compositions de Claudia Vialaret se nourrissent de la mémoire de l’art. Partant de reproductions de chefs d’œuvres classiques ou de ses propres photographies, elle fragmente les motifs en froissant les images et réinterprète ainsi des thèmes séculaires

ANNA ZUBER

, ,

En sérigraphiant des graffiti sur feuille d’or ou en superposant des photographies d’inconnus, Anna Zuber s’approprie les mémoires anonymes et les transcende par son intervention créative (artiste exposée en partenariat avec Commonplaces Art Gallery, Bruxelles)

JÓZEF BURY

,

Les œuvres de Józef Bury mettent en lumière la subjectivité de la perception sensorielle. Ses prises de vue en pause de très longue durée sont l’occasion d’une performance mémorielle : une confrontation entre un enregistrement photographique et sa propre mémoire de l’événement

ALANIG KELTZ

,

Alanig Keltz a été élu par nos internautes dans le cadre de l'appel à projets La Ville hors champ. Ses photographies donnent une vision personnelle et sans fard de la vie urbaine. Les vues de métro côtoient les scènes de bar et l'artiste explore également des appartements à l'abandon. Un univers qui préfigure les vestiges de nos sociétés contemporaines.

AUDREY GUIRAUD

,

Audrey Guiraud a été élue par nos internautes dans le cadre de l'appel à projets La Ville hors champ Audrey Guiraud synthétise l'espace architectural. À la lisière de l’abstraction, ses œuvres confondent les plans et piègent le regard

JEAN-PIERRE LOUBAT

,

Jean-Pierre Loubat a été élu par nos internautes dans le cadre de l'appel à projets La Ville hors champ. Les œuvres de Jean-Pierre Loubat racontent l'architecture, magnifique ou déliquescente : ses photographies révèlent la gloire, la vanité ou la ruine de nos sociétés

PATRICK RIMOND

,

Patrick Rimond est un observateur. Il se laisse inspirer par des motifs insoupçonnés et les soumet à des expérimentations plastiques. Sa fascination pour les rythmes et les formes pures l’amènent à la lisière de l’abstraction. Ses paysages urbains, tirés en grand format dans des tonalités électriques, subliment la dynamique de la ville et nous plongent dans ses entrailles.

JAVIER RIAÑO

,

Les huiles sur toile et les lavis d’encre de Javier Riaño sont un univers de silence. D’une grande perfection formelle, ses œuvres mettent en scène des paysages urbains au réalisme illusoire. L’essentiel de son travail consiste à idéaliser le motif et en synthétiser la composition pour en révéler la part de mystère.

JEAN-MARC PLANCHON

,

Jean-Marc Planchon modèle ses sujets dans l’obscurité. Ses photographies, cueillies avant le lever du jour, ne laissent poindre que les formes substantielles de la ville. Initié dès le plus jeune âge à la calligraphie japonaise, il découpe les contours de fenêtres par un effet de réserve et de transparence, dans la noirceur de l’encre de Chine.

WILLIAM GAYE

, ,

William Gaye explore les frontières de la ville. Dans les deux projets que nous exposons, il met en lumière l’expansion urbaine à travers des photographies et des cycles de collages. Que ce soit à Marne-la-Vallée ou dans la banlieue de Yaoundé, sa démarche questionne les mécanismes du territoire, à travers des protocoles aussi rigoureux qu’éloquents.

FRÉDÉRIC CHAUME

,

Frédéric Chaume puise son inspiration dans les grands chantiers urbains. Fasciné par le balai des grues et le fourmillement des ouvriers au milieu des travaux, il se forge un répertoire dont la démesure rappelle l’esthétique des ruines romantiques. Ses grandes estampes dépeignent une ville en perpétuel inachèvement.