JAVIER RIAÑO

Peinture, dessin

Les huiles sur toile et les lavis d’encre de Javier Riaño sont un univers de silence.
D’une grande perfection formelle, ses œuvres mettent en scène des paysages urbains au réalisme illusoire. L’essentiel de son travail consiste à idéaliser le motif et en synthétiser la composition pour en révéler la part de mystère.

Cliquez sur les images pour accéder aux pages des œuvres

Né en 1959 à Bilbao, Javier Riaño a longtemps eu une double vie. En parallèle de son travail de peintre, il dirige pendant 20 ans  le centre d’art Bilbao Arte. Reconnu dans le milieu pour ses talents de commissaire d’exposition, il décide toutefois en 2010 de se retirer pour consacrer tout son temps à sa création. Ses œuvres ont été exposées dans de nombreuses galeries en Espagne, au Mexique ou aux États-Unis, et apparaissent dans des collections prestigieuses (fondations Fox, Gabarron, Bancaja…)

Dans la conception de ses œuvres, Javier Riaño opère une manipulation du motif, l’épurant et le synthétisant pour en dégager la structure élémentaire. Depuis ses premiers croquis, saisis sur le motif, jusqu’à l’aboutissement sur une toile monumentale, sa démarche picturale est une opération sélective : il ne conserve in fine que les éléments qui participent à l’équilibre de sa composition.

LaGasca III, 2015
Huile sur toile, 150 x 150 cm
6000 €

Sous son pinceau, la ville se métamorphose à son image, calme et sécurisante. Son intérêt pour les formes pures et la géométrie l’amènent régulièrement à travailler dans le domaine du paysage urbain, et de l’architecture en particulier. 

Mais, bien que la figure humaine ait déserté peu à peu ses œuvres, on perçoit malgré tout sa présence, suggérée par une fenêtre ou un passage éclairé, par une porte ouverte au fond de la perspective… C’est donc un espace libre et serein qui s’offre au spectateur, un monde idéalisé dans lequel il se fait naturellement happer.

Chacune de ses œuvres trouve son origine dans une inspiration fugace, une image qui s’impose à lui au cours d’une promenade ou d’un trajet en bus. Une idée qu’il a déjà muri au moment où il retourne sur place pour la coucher, à l’encre et au pinceau, sur de petits carnets. Puis cette idée s’élargit sur de grandes feuilles de papier, fait son chemin et se transforme, en s’éloignant irrésistiblement de la réalité qu’elle dépeignait.

1.

Javier Riano, Cour

2.

La lumière sculpte son sujet. Elle baigne harmonieusement certaines parties de la composition, tandis que d’autres, plongées dans les ténèbres, focalisent l’attention et creusent les perspectives.

La transparence des matières et la limpidité des atmosphères de ses toiles est la résultante d’un patient travail de glacis. Javier Riaño superpose d’innombrable couches d’une peinture à l’huile très diluée et aussitôt estompée, sur une toile de lin non préparée qui donne à l’œuvre finale un aspect grené et chaleureux.

1. Patio V, 2011
Huile sur toile, 100 x 50 cm, à partir de 2500 €

2. LG56, 2011
Huile sur toile, 100 x 50 cm
(œuvre vendue)

Ses dessins à l’encre de Chine inspirent, en camaïeu, les mêmes effets que ses toiles. Au centre de l’attention, on retrouve ses motifs nuancés, plusieurs fois brossés au pinceau, cernés par des zones éclatantes de lumière et des noirs insondables.

Bassin de la Villette, 2016
Assemblage de dessins au lavis d’encre de Chine sur double couche de papier Arches, 99 x 70 cm
À partir de 1500 €

Ces encres sont également le support de ses dernières expérimentations plastiques. Avec une superposition de couches de papier Arches séparées par un carton plume, l’artiste parvient à suggérer la profondeur sans pour autant s’éloigner de la planitude du dessin. Un effet de perspective, idéalisé à l’extrême, instaure un dialogue admirable avec la retenue caractéristique de son dessin. La stricte composition architecturale de cette colonnade, ou le décrochement de l’arcade de cette galerie, se voient enrichis d’une profondeur nouvelle grâce à ce procédé ingénieux.

Bassin de la Villette, 2016 / Dessins au lavis d’encre de chine sur double couche de papier Arches, 105 x 76 cm
À partir de 1500 €

En 2016, la Cité Internationale l’accueille à Paris. Ses recherches vont l’orienter hors des sentiers battus. Attiré depuis de nombreuses années par la stylisation des reflets dans l’eau, ses excursions l’attirent aux abords du Canal de l’Ourcq et du bassin de la Villette, où il trouve la sérénité nécessaire à l’élaboration de son art. L’artiste cite ces reflets pour expliquer son art : « A-t-on jamais vu une architecture se refléter si parfaitement, si géométriquement dans l’eau ? À aucun moment l’eau du Canal de l’Ourcq n’est aussi lisse en réalité… »

BIOGRAPHIE

Afficher ses expositions, réalisations et récompenses

Expositions : 

Galería Arteta
Galería Juana Mordó
Ayuntamiento de Burgos
Arteder. Feria de Arte Contemporáneo Internacional en todas sus convocatorias, Bilbao.
Galería Windsor
Aula de Cultura de la BBK
Gure Artea, Gobierno Vasco
Bizkaiko Artea, Diputación Foral de Bizkaia
Galería Vanguardia, Bilbao
Palacio de Carlos V, Granada
Gure Areta, Gobierno Vasco
Ayuntamiento de Bilbao
Galería Ederti, Bilbao
Galería Arteta, Madrid
Grabadores Vascos, Caja de Ahorros Municipal de Bilbao
Fundación Bancaja, Valencia
Fundación Focus, Sevilla
Fundación Hispano- Americano, Bilbao, San Sebastián y Vitoria
Obra Grafica, Asturias
Galería Juan Manuel Lumbreras, Bilbao
Galería Xanon, Madrid
Bosteko, exposición itinerante organizada por la Diputación Foral de Bizkaia
Galería Alejandra Irigoyen, Madrid
Art Madrid 2007
Galeria Ansorena
Fundacion Fox (Mexico)
Iberdola Bilbao
Sala Rekalde ( bilbao)

Récompenses :

Primer Premio de Pintura del Ayuntamiento de Bilbao
Premio de la Fundación Bancaja 1995, Valencia
Premio a la Campaña de Publicidad en el Deporte, 1996.
Campaña Herriz- Herri.
Primer Premio de la Campaña del Gobierno Vasco “Ven y Cuentalo”.
Premio de Grabado y Pintura del Gobierno Vasco.
grabado de la Diputación Foral de Bizkaia.
pintura de la Diputación Foral de Bizkaia.

Bourses :

Gobierno Vasco
Diputación Foral de Bizkaia (dos años)
Caja de Ahorros Vizcaína

Œuvres en collection :

Ayuntamiento de Bilbao
Gobierno Vasco
SPRI, Sociedad para la Promoción y Reconversión Industrial
Diputación Foral de Bizkaia
Fundación Bancaja, Valencia
Palacio Carlos V de Granada
Juntas Generales de Bizkaia
Centro- Museo Vasco de Arte Contemporaneo –ARTIUM- Vitoria.
European Virtual Engineering Technological Centre – EUVE- , Vitoria
Bilbao Exhibition Centre
Colecciones particulares
Fundacion FOX (Mexico)
Fundacion Gabarron( NYC)
Museo bellas artes de Bilbao

Fresques et œuvres de grand format :

Parque Tecnológico de Zamudio- Bizkaia  (tres edificios)
Parque tecnológico de Alava (edificio central)
GRE, Mungia – Bizkaia
Bodegas y Bebidas, La Rioja
Estación de Amara, San Sebastián (1986)
Edicio Ilgner, Barakaldo (2001)