Frédéric Chaume puise son inspiration dans les grands chantiers urbains. Fasciné par le balai des grues et le fourmillement des ouvriers au milieu des travaux, il se forge un répertoire dont la démesure rappelle l’esthétique des ruines romantiques. Ses grandes estampes dépeignent une ville en perpétuel inachèvement.